Comment ai-je franchi la première marche vers une offre d’accompagnement ?

Dès le début du confinement, j’ai ressenti un profond mal-être, non pas parce que j’allais être confinée, mais parce qu’étant kinesthésique et empathique, l’angoisse et l’anxiété des autres me faisaient souffrir physiquement. Il est très difficile dans ces moments-là de mettre une barrière et de se dire “Stop, ce ne sont pas tes émotions”. Il était donc important pour moi de pouvoir aider, à mon niveau, les personnes qui pourraient mal vivre cette obligation de rester chez soi et de télétravailler du jour au lendemain.

J’ai donc décidé de poster une publication sur Facebook dans un groupe d’entraide de ma commune.

Suite à cette publication, j’ai été contactée par une journaliste qui souhaitait écrire un article sur les actions solidaires dans la ville.

Après sa parution dans le journal, une femme a osé demander mon numéro à une connaissance commune et m’appeler. Elle devait prendre le lundi suivant un nouveau poste à responsabilités après deux ans d’arrêt suite à un burn-out, en ayant uniquement pu faire son entretien d’embauche avant le confinement. Elle allait devoir manager cinq personnes sans les avoir rencontrées, et ce, à distance. Elle souhaitait avoir des conseils sur les bonnes pratiques à mettre en place dès le début, notamment sur la gestion des mails, et savoir comment j’organisais mon temps de travail.

Dans un premier temps, je lui ai demandé de m’expliquer la fonction qu’elle allait occuper et les différentes intéractions entre les services. Puis, je lui ai proposé une façon de ranger ses mails et une méthode pour automatiser le procédé. Je lui ai également prodigué quelques conseils pour prendre sa place en douceur au sein de cette équipe.

J’ai été ravie de pouvoir la soutenir dans cette étape assez particulière vu le contexte. J’ai pu ressentir sa fragilité et sa perte de confiance après plusieurs années d’inactivité.

Cela fait déjà un moment que je sais que je veux aider, conseiller, accompagner les autres dans les moments importants de leur vie. Je les fais à de nombreuses reprises avec ma famille, mes amis. Je ne compte plus le nombre de fois où l’on m’a dit que j’étais faite pour ça, mais pour moi c’était naturel d’aider mes proches. Je ne pensais pas que je pouvais le faire pour un plus large public.

Mais sentir le soulagement de cette personne à la fin de notre entretien a été un véritable élément déclencheur. Je sais désormais que je veux accompagner des femmes en reconversion ou transition professionnelle pour les aider à vivre de manière la plus confortable possible leur changement de vie.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *